Fraternité universelle et intérêt national (1713-1795): les cosmopolitiques du droit des gens de Marc Bélissa

J’inaugure ici un premier billet de critique/ recension d’ouvrages que j’ai lu au cours des dernières années. Ce ne sont pas là des recensions au sens plein du terme mais plutôt des impressions de lectures et en quoi celles-ci nourrissent ma réflexion.

Marc Bélissa, Fraternité universelle et intérêt national (1713-1795). Les cosmopolitiques du droit des gens, Paris, Kimé, 1998.

Un livre très dense qui montre bien que les cosmopolitiques (c’est-à-dire les relations des hommes entre eux au-delà de l’échelle nationale) doivent être pensées au pluriel dès les Lumières. Les révolutions — américaine d’abord, française ensuite — ont tenté de mettre en oeuvre ces cosmopolitiques car c’était là un noeud crucial de la pensée des droits et de leurs reconquêtes par les peuples. En d’autres termes, les relations extérieures entre les peuples (libres ou non-libres) influaient directement sur la forme de gouvernement intérieure. La troisième partie s’interroge sur l’impact des guerres révolutionnaires entre la France et les Puissances sur ces cosmopolitiques. Les pages concernant la vision de l’Angleterre et la réfutation par Burke et les autres alarmistes de l’existence des droits naturels m’ont particulièrement intéressé : l’Etat est une personne privée qui a des droits de propriété sur son (ou ses) peuple(s), ce qui m’a permis de mieux comprendre comment Burke voyait en la critique de la propriété privée une critique semblable contre l’Etat et donc comment le discours des droits est à ses yeux un discours anarchiste, « chimérique ».

Un livre extrêmement dense, encore une fois, qui multiplie les références notamment intellectuelles. Seul regret : la première partie pose un cadre théorique évidemment nécessaire et qui se comprend bien dans la logique de l’ouvrage, mais, contrairement aux deux autres parties, elle reste dans les sphères théoriques et n’examine pas comment ces débats furent — ou non — mis en pratiques. Les deux dernières parties sont à cet égard passionnantes lorsque, par exemple, Belissa montre comment le débat entre les Fédéralistes et les anti-Fédéralistes aux Etats-Unis a été influencé par leur conception de ce que doit être une République, entre puissance ancrée dans le jeu des puissances européennes (Hamilton) ou Etat-modèle qui s’occupe davantage du bonheur et de la régénération de son peuple. Cela m’a également confirmé qu’il faut revenir aux sources de la (cosmo)politique américaine pour comprendre que les partis politiques actuels sont vraiment une bien pâle ombre de ce qu’ils furent. Et ce n’est là que quelques uns des enseignements de cet ouvrage très riche.

Enfin, autre critique, la dernière partie, sur la période révolutionnaire, montre une quasi-admiration pour Robespierre et les Montagnards et une condamnation des Girondins et des Thermidoriens qui peut se comprendre mais si elle conduit à une belle présentation de la doctrine cosmopolitique des Robespierristes autour de la notion de réciprocité (seuls des peuples libres peuvent se fédérer en termes égaux entre eux et ne pas entrer dans des relations de domination), elle n’explore que peu les autres, ne permettant pas un éclairage complet.

Cite this article as: Mathieu Ferradou, "Fraternité universelle et intérêt national (1713-1795): les cosmopolitiques du droit des gens de Marc Bélissa," in "Aux Etats-Unis de France et d'Irlande", 13 octobre 2016, http://eufi.hypotheses.org/102, {ISSN 2498-0234}.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *