Revolutions without Borders. The Call to Liberty in the Atlantic World de Janet Polasky

Janet Polasky, Revolutions without Borders. The Call to Liberty in the Atlantic World, Yale University Press, New Haven & London, 2015.

J’étais enthousiaste quant au projet de ce livre : la tentative de proposer un nouveau récit, plus de 50 après la somme de R. R. Palmer, The Age of Democratic Revolutions, des révolutions qui ont circulé de part et d’autres d’un Atlantique qui va des Etats-Unis à la Pologne en y incluant les nouveaux champs historiographiques était évidemment prometteuse. Qui plus est, le parti-pris de Janet Polasky me séduisait encore davantage lorsqu’elle annonce, en introduction, qu’elle cherche à relier des récits disparates (du récit national au récit individuel et toutes les échelles entre-deux) dans un récit atlantique, donc, en se focalisant notamment sur ceux laissés par les révolutionnaires eux-mêmes, ceux qui ont dessiné cet espace atlantique du fait de leurs voyages incessants (Thomas Paine, Joel et Ruth Barlow, Mary Wollestonecraft, Theobald Wolfe Tone, etc.). Car ces « citoyens du monde » comme ils se définissaient eux-même ont ainsi donné accès aux idéaux qui les animaient, des idéaux cosmopolites et utopiques, décrits comme tels depuis, enfouis, oubliés, dénigrés, et dont il semble plus que jamais nécessaire aujourd’hui de les redécouvrir.

Hélas, le livre n’est pas à la hauteur de ses ambitions.

Plusieurs problèmes grèvent l’ouvrage.

Olaudah Equiano (tableau autrefois attribué à Joshua Reynolds). Source : Wikipedia.

Olaudah Equiano (tableau autrefois attribué à Joshua Reynolds). Source : Wikipedia.

Le premier se situe dans la structure choisie : en juxtaposant plusieurs récits le livre ne propose donc pas un récit englobant et global des Révolutions atlantiques. Car chaque chapitre est présenté comme étant fondé sur un type particulier de sources. Ainsi sont tour à tour explorés les pamphlets (chap. 1), les journaux personnels (chap . 2), les récits laissés par les noirs combattant l’esclavage dont le plus célèbre Olaudah Equiano (chap. 3), la presse et les clubs (chap. 4), de nouveau le combat des noirs contre l’esclavage mais cette-fois ci à Saint-Domingue (chap. 5), la fiction révolutionnaire (le roman) notamment écrite par des femmes (chap. 6), la correspondance intime au sein des couples (chap. 7) et, enfin, les « cosmopolitains armés », c’est-à-dire la guerre révolutionnaire en Europe (chap. 8). Le livre se ferme sur un court neuvième chapitre évoquant à nouveau ces révolutionnaires cosmopolites et leur héritage.

On le voit, en réalité, contrairement à ce qu’annonce elle-même Polasky, son livre n’est pas un commentaire sur les sources, car les chapitres mélangent effectivement des récits fondés sur les sources et des récits thématiques (la révolution haïtienne, la guerre révolutionnaire) plus larges qui font appel à  plusieurs types de sources. De plus, cette juxtaposition de récits, ordonnés dans une vague chronologie, ne produit donc pas de récit d’ensemble, et finalement le livre échoue à proposer une histoire des Révolutions atlantiques.

Cet échec trouve son explication principalement dans une autre faille, bien plus grave, de l’ouvrage : son utilisation problématique des sources. Etant moi-même intéressé par les liens entre la France, la Grande-Bretagne et l’Irlande (et les Etats-Unis), il se trouve que je commence à connaître les archives françaises, anglaises et irlandaises et les historiographies respectives sur l’âge des révolutions. C’est ce qui m’a permis de repérer immédiatement que, par exemple, Polasky, lorsqu’elle évoque les radicaux britanniques et la répression gouvernementale qui s’abat contre eux utilise des sources de 1794 (logique) mais dans une évocation qui semble avoir lieu en 1792 (p. 127-128). Or, c’est précisément là un noeud de débats historiographiques (moi-même plaidant pour montrer que la crispation idéologique et la politique de répression systématique ont eu lieu bien avant la guerre entre la France et l’Angleterre, et étant assumée comme telles par le cabinet de Pitt). De la même manière, à un moment, Polasky évoque le soutien de la France à Kosciuszko, le général révolutionnaire polonais en 1794, elle cite Lebrun, le ministère des Affaires étrangères… guillotiné en 1793. Peut-être les sources qu’elle utilise lui permettent d’en déduire ces assertions, mais il aurait fallu le dire, au moins dans les notes.

Le révérend William Jackson, Walker's Hibernian Magazine, 1795, NAI, dans Marianne Elliott, Partners in Revolution: the United Irishmen and France, New Haven & London, Yale University Press, 1982, p. 65).

Le révérend William Jackson, Walker’s Hibernian Magazine, 1795, National Archives of Ireland, dans Marianne Elliott, Partners in Revolution: the United Irishmen and France, New Haven & London, Yale University Press, 1982, p. 65).

Et puis il y a les erreurs factuelles, nombreuses et parfois grossières. Un recension complète serait mesquine, mais quelques unes doivent être pointées, car elles ne sont pas la hauteur d’une professeur renommée. Polasky place ainsi Theobald Wolfe Tone en France en 1792 dans le salon d’Helen Maria Williams (p. 68), ce qui est impossible. Eût-elle lu le journal et les écrits de Tone, rassemblés dans les trois volumes The Writings of Theobald Wolfe Tone, édités par T. Moody, R. B. McDowell et C. J. Woods, elle aurait bien vu que Tone est en Irlande en 1792. Le décret promettant « fraternité et secours » à tous les peuples qui se révolteront pour recouvrer leurs libertés serait voté par rapport à la Belgique (p. 239) ; le prêtre anglican irlandais William Jackson, envoyé par la France en Angleterre et en Irlande pour sonder la possibilité d’une insurrection, se lie d’amitié avec John Cockagne (sic : Cockayne) à son arrivée à Londres alors qu’ils se connaissaient de leurs années d’études, et seul Archibald Hamilton Rowan, parce qu’il était lui-même un voyageur accompli, l’aurait pris au sérieux (p. 250) ; Cloots meurt en 1795 (p. 269).

Ces multiples utilisations problématiques des sources et erreurs factuelles engendrent une doute sur la véracité et le degré de confiance que l’on peut placer, de fait, dans les récits proposés. Le problème vient ici de ce que Polasky, pour tisser ses récits, s’appuie pour beaucoup sur des sources secondaires. Si certaines d’entre elles sont tout à fait solides, d’autres le sont moins, et toutes proposent des lectures historiographiques qui font débat. Or, choisissant sans doute de s’adresser à un large public, elle n’entre pas dans une discussion historiographique des thèmes qu’elle étudie, ce qui explique bien des impensés conceptuels, un récit surtout descriptif et très peu analytique.

A ce titre, tout ce qui concerne la Révolution française est extrêmement problématique et parfois ressemble à une caricature de l’historiographie la plus hostile, d’Albert Sorel à François Furet. Polasky peut ainsi écrire qu’en France, contrairement à la Belgique ou le débat public était vivace grâce aux pamphlets, « le pouvoir politique centralisé et la guillotine omniprésente inhibaient le débat » (p. 19), que les « Jacobins emprisonnèrent ou guillotinèrent les principaux abolitionnistes français » (p. 92), oubliant au passage que le mot Jacobin réduit à une équivalence avec les montagnards ou les robespierristes ou synonyme d’extrémistes assoiffés du sang coulant de la guillotine vient d’une tradition contre-révolutionnaire britannique et anglo-saxonne, et que les Brissot ou Condorcet ou Grégoire étaient eux-mêmes des jacobins, que le décret de février 1794 a été votée par la Convention montagnarde. Il est tout de même étonnant de lire ce genre de choses…

"French Liberty, British Slavery" by James Gillray, published by Hannah Humphrey, hand-coloured etching, published 21 December 1792, © National Portrait Gallery, London.

« French Liberty, British Slavery » by James Gillray, published by Hannah Humphrey, hand-coloured etching, published 21 December 1792, © National Portrait Gallery, London.

Le chapitre le plus problématique est très logiquement celui consacré à la guerre révolutionnaire européenne. Fortement influencée par David Bell et par Sorel, Polasky en livre une interprétation qui, au final, présente la dynamique révolutionnaire globale comme un bain de sang sans raison, pris par sa propre dynamique, ignorant au passage tout le travail des historiens de l’IHRF autour des républiques-soeurs et de la diplomatie.

Reste heureusement les chapitres consacrés à l’intime. Est-ce par méconnaissance personnelle ou est-ce parce qu’ici Polasky montre une grande maîtrise (et le drame c’est que je me pose la question !) ? Toujours est-il que ces chapitres sont particulièrement convaincants, et montrent bien, notamment, que les femmes en révolution ne pouvaient trouver d’émancipation que dans l’intime, le foyer ou la mort et que l’idéal républicain de couples unis par « l’affection de l’amitié », fondement d’une société régénérée, se heurtait à une impossibilité née des intérêts économiques, que ce soit aux Etats-Unis ou en France.

L’ouvrage refermé, on a alors l’impression d’une immense occasion manquée. Cela conduit à une question : pourquoi Polasky n’a-t-elle pas été au bout de sa logique et proposé moins de chapitres en resserrant sa focale sur quelques grands thèmes qui ressortent de l’ouvrage mais de manière diffractée ? Ainsi, la sphère publique aurait pu être explorée à travers les pamphlets, les clubs, la presse ; le combat contre l’esclavage, l’écriture de l’intime en révolution qu’il soit à travers les romans ou les correspondances (d’ailleurs les chapitres les plus intéressants du livre où l’on sent une vraie maîtrise de Polasky sur ce thème) auraient constitué également deux autres thèmes. Le fil directeur unifiant ces trois thèmes aurait alors pu être le cosmopolitisme. Peut-être cela aurait-il permis à Polasky de proposer une véritable réflexion sur l’historiographie et une véritable analyse de ce que les sources qu’elle manie nous disent des révolutions. Au lieu de cela, on reste sur une immense frustration, et finalement l’impression que les récits multiples qu’elle a proposés aboutissent à un triste constat, à savoir que les révolutions sont néfastes et que la Révolution française en particulier était un bain de sang dans un chaos généralisé qui s’est répandu à l’Europe. Au lieu de secourir ces révolutionnaires cosmopolites qui rêvaient d’un monde meilleur car libéré, Polasky semble les avoir encore davantage relégués dans les limbes des dangereux utopistes qui ont saccagé l’ordre du monde. Burke a encore gagné.

p1450455

Statue d’Edmund Burke, devant Trinity College, Dublin, le 11 octobre 2016.

Cite this article as: Mathieu Ferradou, "Revolutions without Borders. The Call to Liberty in the Atlantic World de Janet Polasky," in "Aux Etats-Unis de France et d'Irlande", 21 octobre 2016, http://eufi.hypotheses.org/107, {ISSN 2498-0234}.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *