À propos

John Benan, “The Tree of Liberty”, sculpture en bronze, érigée en 1998 pour commémorer la Grande Rébellion de 1798 à Carlow.

Dans un article fondamental des Irish Historical Studies de mai 1985, Thomas Bartlett publiait et présentait un ensemble de documents sur les Defenders. Ces documents avaient été compilés par le gouvernement anglo-irlandais pour le vice-roi d’Irlande, Lord Camden. En effet, cette société secrète irlandaise, fondée vers 1785 pour protéger les catholiques des persécutions organisées par les protestants, était la source de l’agitation la plus radicale et menaçante pour le Château de Dublin, et ce depuis le début des années 1790. Parmi ces documents, on pouvait lire un serment prêté par les Defenders :

« Aujourd’hui toi A. B. déclare volontairement être fidèle aux Etats-Unis de France et d’Irlande et de tous les Etats associés dans le christianisme qui existent à présent ou dans le futur pour le bien-être de tous nos Frères Unis ; que tu les aideras à la mesure de tes moyens sans blesser ton âme ou ton corps et aussi longtemps qu’ils se montreront loyaux envers toi. »

Emanant d’une société secrète caractérisée comme agraire par certains mais au contraire répandue dans les bourgs et les villes moyennes, ce serment interroge. Combinaison improbable et surprenante (surtout vue de France) de religiosité populaire, de cosmopolitisme et de ferveur révolutionnaire, il est, à lui seul, la preuve que le rejet voire le mépris révisionniste à l’encontre de ces Defenders qui seraient sectaires, superstitieux et frustres, incapables de comprendre la portée de leurs propres serments (par opposition aux Irlandais Unis qui seraient éclairés, non-sectaires et au contraire porteurs d’un nationalisme séculaire et inclusif) est au minimum à nuancer.

Car dans le même corpus de documents, on trouve un dessin, retrouvé le 24 février 1795 dans les papiers du Frère Phillips, de Killfree, près de Boyle, le seul qui ait jamais réussi à infiltrer les Defenders (avant que son corps ne soit retrouvé noyé) :

« Les dessins sont tous très bien faits. Ils sont, 1èrement : un Arbre de la Liberté dont les  branches représentent les différents Etats d’Europe. Les branches portent toutes des roses à peine en bourgeon, d’autres qui s’ouvrent et au sommet de l’arbre une rose entièrement éclose depuis la France.

« 2èmement : un triangle équilatéral représentant l’égalité avec un coeur en son centre.

« 3èmement : A l’intérieur d’un coeur de plus grande taille deux roses entièrement écloses issus du coeur représentant la France et l’Irlande. Des lignes sont tracées passant à travers le coeur avec, au bout, chacune une lettre  pour les quatre directions d’une boussole. Au nord, une fleur de lys de grande taille qui s’élève depuis la pointe du coeur avec les mots « Fleur de luce displayed ». […] »

Ce mélange de symbolique révolutionnaire, franc-maçonne et royaliste interpelle lui aussi et encourage à reconsidérer la soi-disant absence de culture politique chez les Defenders. D’autant que, quelques années plus tard, un catéchisme publié par les Irlandais Unis à Cork en 1797, se récitait ainsi :

Que tiens-tu dans ta main ? Une branche.

De quoi ? De l’arbre de la liberté.

Où a-t-il poussé en premier lieu ? En Amérique.

Où a-t-il fleuri ? En France.

Où les graines sont-elles tombées ? En Irlande.

Ce carnet a donc pour thème les circulations révolutionnaires entre France et Irlande à l’époque de la Révolution française et, plus largement, à l’époque et dans l’espace de la République atlantique. Il s’agit de chercher à mieux comprendre qui furent les passeurs et comment ils s’intégraient dans des réseaux entre les deux pays en lien avec les trois royaumes (Angleterre, Écosse, Irlande) et le reste de l’Europe et de l’Amérique révolutionnaire. Plus particulièrement, l’attention sera portée sur les circulations révolutionnaires qui ont atteint les masses populaires irlandaises. Au cœur de ce carnet, deux organisations seront l’objet d’interrogations renouvelées : les Irlandais Unis (United Irishmen) mais surtout les Defenders qui bousculent les interprétations faciles et permettent de questionner les catégories habituelles entre révolutionnaires et contre-révolutionnaires, catholiques et protestants, jacobites et jacobins, et qui posent la difficile question de la politisation populaire dans une Irlande catholique marginalisée après un siècle de lois pénales. En d’autres termes, il est temps d’accorder à ces « sans-culottes irlandais » (ainsi qu’un historien du XIXe siècle les décrivait) l’attention qu’ils méritent, tout autant que les « Defenders français » (ainsi qu’un autre serment appelle les sans-culottes) ont bénéficié d’approches renouvelées dans l’historiographie récente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *