Revolutions without Borders. The Call to Liberty in the Atlantic World de Janet Polasky

Janet Polasky, Revolutions without Borders. The Call to Liberty in the Atlantic World, Yale University Press, New Haven & London, 2015.

J’étais enthousiaste quant au projet de ce livre : la tentative de proposer un nouveau récit, plus de 50 après la somme de R. R. Palmer, The Age of Democratic Revolutions, des révolutions qui ont circulé de part et d’autres d’un Atlantique qui va des Etats-Unis à la Pologne en y incluant les nouveaux champs historiographiques était évidemment prometteuse. Qui plus est, le parti-pris de Janet Polasky me séduisait encore davantage lorsqu’elle annonce, en introduction, qu’elle cherche à relier des récits disparates (du récit national au récit individuel et toutes les échelles entre-deux) dans un récit atlantique, donc, en se focalisant notamment sur ceux laissés par les révolutionnaires eux-mêmes, ceux qui ont dessiné cet espace atlantique du fait de leurs voyages incessants (Thomas Paine, Joel et Ruth Barlow, Mary Wollestonecraft, Theobald Wolfe Tone, etc.). Car ces « citoyens du monde » comme ils se définissaient eux-même ont ainsi donné accès aux idéaux qui les animaient, des idéaux cosmopolites et utopiques, décrits comme tels depuis, enfouis, oubliés, dénigrés, et dont il semble plus que jamais nécessaire aujourd’hui de les redécouvrir.

Hélas, le livre n’est pas à la hauteur de ses ambitions. Lire la suite

Fraternité universelle et intérêt national (1713-1795): les cosmopolitiques du droit des gens de Marc Bélissa

J’inaugure ici un premier billet de critique/ recension d’ouvrages que j’ai lu au cours des dernières années. Ce ne sont pas là des recensions au sens plein du terme mais plutôt des impressions de lectures et en quoi celles-ci nourrissent ma réflexion.

Marc Bélissa, Fraternité universelle et intérêt national (1713-1795). Les cosmopolitiques du droit des gens, Paris, Kimé, 1998. Lire la suite

The French Disease. The Catholic Church and Irish Radicalism, 1790-1800 de Dáire Keogh

Dáire Keogh, The French Disease. The Catholic Church and Irish Radicalism, 1790-1800, Dublin, Four Courts Press, 1993, 297 p.

Issu de sa thèse de doctorat, The French Disease, de Dáire Keogh (aujourd’hui président du St. Patrick’s College de l’université de Dublin) est une analyse salutaire (si je puis dire) de l’Eglise catholique pendant la décennie 1790-1800 en Irlande. Salutaire, car le livre, en s’attachant à cette période, montre que si l’Eglise était dans une situation de faiblesse institutionnelle avant cette décennie du fait des lois pénales qui, même si elles ont été assouplies en 1778 et 1782, empêchaient toute organisation institutionnelle, cette même Eglise émerge après 1800 et l’union entre l’Irlande et l’Angleterre comme l’unique institution « représentative » (en tout cas vue comme telle) du peuple catholique au point que pour définir ce même peuple les mots « catholique » et « irlandais » sont devenus interchangeables, ce que le XIXe siècle et le XXe siècle confirmeront. Que ce catholicisme soit défini par la hiérarchie et non le peuple, et qu’il soit conservateur est également le résultat de cette décennie.

Lire la suite