L’Abbé Grégoire, la laïcité, l’esclavage et l’Irlande : citoyenneté et religion en République

Je devais intervenir, vendredi 20 novembre, lors d’une table ronde autour du thème « Religions, communautés et Nation. Grégoire et la question de la citoyenneté » dans le cadre de la journée d’étude organisée par Jean-Luc Chappey (IHRF) au Conservatoire national des Arts et métiers consacrée à « Laïcité et religion en République. Questions d’hier et d’aujourd’hui autour des combats de l’abbé Grégoire ». Hélas, ma participation a été annulée du fait des attentats du vendredi 13 novembre qui ont conduit le ministère de l’Education nationale à émettre une circulaire exigeant que les enseignants soient présents dans leur établissement et y assurent leur service habituel, annulant ainsi l’autorisation d’absence que j’avais bien entendu sollicitée et obtenue de l’administration de mon lycée.

Si, évidemment, je ne remets pas en cause cette décision (ce n’est pas le lieu ici de la questionner), je ne peux que regretter de ne pas avoir pu participer à cette journée qui s’annonçait passionnante en ce sens où elle cherchait à concilier plusieurs enjeux, souvent présentés comme irréconciliables : comment le passé peut instruire le présent et fournir une « littératie historique », c’est-à-dire une conscience qui permet d’agir dans le présent en toute connaissance de cause(s) et comment l’enseignement secondaire peut être de source de production de connaissance historique, car enseigner l’histoire c’est aussi donner une intelligibilité du passé qui a son autonomie propre par rapport à la recherche universitaire. C’est pourquoi mon intervention était conçue, à l’instar d’autres participants, comme relevant de deux logiques : d’une part en tant qu’enseignant d’histoire, mais ayant également l’Education morale et civique à sa charge ; d’autre part en tant que doctorant, et ayant été amené à m’intéresser à la personnalité et surtout aux combats de Grégoire.

Je souhaite donc proposer dans ce texte la teneur de ce qu’aurait pu être mon intervention, enrichis de quelques considérations supplémentaires. Lire la suite

The French Disease. The Catholic Church and Irish Radicalism, 1790-1800 de Dáire Keogh

Dáire Keogh, The French Disease. The Catholic Church and Irish Radicalism, 1790-1800, Dublin, Four Courts Press, 1993, 297 p.

Issu de sa thèse de doctorat, The French Disease, de Dáire Keogh (aujourd’hui président du St. Patrick’s College de l’université de Dublin) est une analyse salutaire (si je puis dire) de l’Eglise catholique pendant la décennie 1790-1800 en Irlande. Salutaire, car le livre, en s’attachant à cette période, montre que si l’Eglise était dans une situation de faiblesse institutionnelle avant cette décennie du fait des lois pénales qui, même si elles ont été assouplies en 1778 et 1782, empêchaient toute organisation institutionnelle, cette même Eglise émerge après 1800 et l’union entre l’Irlande et l’Angleterre comme l’unique institution « représentative » (en tout cas vue comme telle) du peuple catholique au point que pour définir ce même peuple les mots « catholique » et « irlandais » sont devenus interchangeables, ce que le XIXe siècle et le XXe siècle confirmeront. Que ce catholicisme soit défini par la hiérarchie et non le peuple, et qu’il soit conservateur est également le résultat de cette décennie.

Lire la suite

The Men of No Property: Irish Radicals and Popular Politics in the late Eighteenth Century by Jim Smyth

Jim Smyth, The Men of No Property: Irish Radicals and Popular Politics in the late Eighteenth Century, Palgrave Macmillan, Basingstoke & London, 1992, 251 p.

In writing about the radical politics and their grip on the lower classes of Ireland in the 1790s, Jim Smyth has delivered a seminal, if somehow unfinished, book. Lire la suite