Wolfe Tone (2nd edition) by Marianne Elliott

In proposing a biography of the most famous Irish revolutionary, Theobald Wolfe Tone, Marianne Elliott displays her formidable research skills, and succeeds in proposing an account of the man far from the nationalist legend that grew up in the 19th century. However, she does not really replace the man in his late 18th-century context. In this regard, her biography of Tone is less satisfying than her seminal Partners in Revolution.

Why is it so?

Lire la suite

Revolutions without Borders. The Call to Liberty in the Atlantic World de Janet Polasky

Janet Polasky, Revolutions without Borders. The Call to Liberty in the Atlantic World, Yale University Press, New Haven & London, 2015.

J’étais enthousiaste quant au projet de ce livre : la tentative de proposer un nouveau récit, plus de 50 après la somme de R. R. Palmer, The Age of Democratic Revolutions, des révolutions qui ont circulé de part et d’autres d’un Atlantique qui va des Etats-Unis à la Pologne en y incluant les nouveaux champs historiographiques était évidemment prometteuse. Qui plus est, le parti-pris de Janet Polasky me séduisait encore davantage lorsqu’elle annonce, en introduction, qu’elle cherche à relier des récits disparates (du récit national au récit individuel et toutes les échelles entre-deux) dans un récit atlantique, donc, en se focalisant notamment sur ceux laissés par les révolutionnaires eux-mêmes, ceux qui ont dessiné cet espace atlantique du fait de leurs voyages incessants (Thomas Paine, Joel et Ruth Barlow, Mary Wollestonecraft, Theobald Wolfe Tone, etc.). Car ces « citoyens du monde » comme ils se définissaient eux-même ont ainsi donné accès aux idéaux qui les animaient, des idéaux cosmopolites et utopiques, décrits comme tels depuis, enfouis, oubliés, dénigrés, et dont il semble plus que jamais nécessaire aujourd’hui de les redécouvrir.

Hélas, le livre n’est pas à la hauteur de ses ambitions. Lire la suite

L’Abbé Grégoire, la laïcité, l’esclavage et l’Irlande : citoyenneté et religion en République

Je devais intervenir, vendredi 20 novembre, lors d’une table ronde autour du thème « Religions, communautés et Nation. Grégoire et la question de la citoyenneté » dans le cadre de la journée d’étude organisée par Jean-Luc Chappey (IHRF) au Conservatoire national des Arts et métiers consacrée à « Laïcité et religion en République. Questions d’hier et d’aujourd’hui autour des combats de l’abbé Grégoire ». Hélas, ma participation a été annulée du fait des attentats du vendredi 13 novembre qui ont conduit le ministère de l’Education nationale à émettre une circulaire exigeant que les enseignants soient présents dans leur établissement et y assurent leur service habituel, annulant ainsi l’autorisation d’absence que j’avais bien entendu sollicitée et obtenue de l’administration de mon lycée.

Si, évidemment, je ne remets pas en cause cette décision (ce n’est pas le lieu ici de la questionner), je ne peux que regretter de ne pas avoir pu participer à cette journée qui s’annonçait passionnante en ce sens où elle cherchait à concilier plusieurs enjeux, souvent présentés comme irréconciliables : comment le passé peut instruire le présent et fournir une « littératie historique », c’est-à-dire une conscience qui permet d’agir dans le présent en toute connaissance de cause(s) et comment l’enseignement secondaire peut être de source de production de connaissance historique, car enseigner l’histoire c’est aussi donner une intelligibilité du passé qui a son autonomie propre par rapport à la recherche universitaire. C’est pourquoi mon intervention était conçue, à l’instar d’autres participants, comme relevant de deux logiques : d’une part en tant qu’enseignant d’histoire, mais ayant également l’Education morale et civique à sa charge ; d’autre part en tant que doctorant, et ayant été amené à m’intéresser à la personnalité et surtout aux combats de Grégoire.

Je souhaite donc proposer dans ce texte la teneur de ce qu’aurait pu être mon intervention, enrichis de quelques considérations supplémentaires. Lire la suite